ARMP

ARMP (60)

Arrivé en Guinée pour une mission de cinq jours à partir de ce lundi 20 au 25 juin 2022, le Service Public Fédéral belge (SPF), par extension "BOSA", apporte habituellement soutien et conseil dans les domaines de la gestion organisationnelle et de la politique d’intégrité, la budgétisation, la comptabilité et les marchés publics.

Introduits à l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) par Erwin Dickens, manager à l’Agence belge de développement (Enabel), les deux agents de SPF-BOSA, en l’occurrence Virginie Paupiah, Responsable politique d’achats et Charlotte Van Dun, répondant le même profil, ont eu ce lundi une première journée de travail avec la Direction Générale de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) sous la férule de son Directeur Général, Lamine Minos Camara, entouré de ses collaborateurs.

Après une présentation conjointe des cadres de l'ARMP et de l'équipe du SPF BOSA, le Directeur Général de l'ARMP, Lamine Minos Camara, a poursuivi la présentation de son institution selon le calendrier de travail, et de l'autre côté, le SPF-BOSA a présenté aussi sa mission. Le reste de la journée a été consacré par les deux parties sur l’état des lieux du renforcement de capacités.

Il convient de rappeler que les prochains jours seront consacrés aux thèmes suivants : politique nationale des marchés publics et plan stratégique 2022/2026 ; Digitalisation ; synthèse et résolutions des deux parties (ARMP et SPF-BOSA).

                                                                         Par Cellule Com’ ARMP

Durant trois jours, du 16 au 18 juin 2022, des participants issus du secteur privé et des représentants de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) ont suivi avec satisfaction le séminaire de formation organisé par le cabinet « KF INVEST&CONSULTING » à l’hôtel Camayenne, dont la clôture a été honorée par la présence du Directeur général de l’ARMP, Lamine Minos Camara.

Au cours de ces trois jours de formation, le cabinet « INVEST &CONSULTONG » à travers son consultant, Oumar Diokhane, a déroulé les principaux thèmes suivants :

  • Les règles de base à connaître sur la procédure de passation et d’exécution des marchés ;
  • Les droits et obligations des candidats aux marchés ;
  • Les mécanismes et stratégies pour la préparation d’une bonne offre.

Si les participants ont tous salué le cadre organisationnel de ce présent séminaire, cependant, le responsable du cabinet « KF INVEST&CONSULTING », Ibrahima Kalil Kaba, a remercié l’ARMP, qui a accompagné en amont ce séminaire, y compris dans l’exécution, avant de salué la présence du Directeur général de l’ARMP qui a eu l’honneur faisant procéder à la clôture du séminaire. « C’est un honneur pour nous de pouvoir tenir cette organisation avec l’implication de toutes les parties prenantes… », a dit Ibrahima Kalil Kaba, responsable du cabinet « KF INVEST&CONSULTING ».

Le Formateur principal à ce séminaire de formation, en l’occurrence Oumar Diokhane, dont le déplacement a été salué par les responsables du cabinet « KF INVEST&CONSULTING », a salué l’apport de l’ARMP au cours de ce séminaire notamment à travers ses représentants.

Selon le consultant : « Au terme de l’évaluation, les acteurs du secteur privé ici présents sont largement informés sur les opportunités et les risques qui se présentent par rapport à leurs opérations de soumission aux différents marchés lancés par l’Etat et les partenaires. Et si on s’en tient aux évaluations et aux échanges qu’on a eus tout à l’heure, on peut se dire que notre objectif a été atteint… », a-t-il déclaré.

Enfin, l’honneur est revenu au Directeur général de l’ARMP, Lamine Minos Camara de clôturer ce présent séminaire à travers un discours portant en commentaires sur le thème : Marchés Publics : opportunités et risques pour le secteur privé.

Monsieur Lamine Minos Camara dira entre autres aspects : « Au regard des statistiques, la lecture d’indicateur macro-économique, le taux de participation du secteur privé, sa part qui revient dans les marchés publics est très minime par rapport aux objectifs que l’Etat s’est fixés pour la lutte contre la pauvreté. Ceci est dit en grande partie par l’ignorance des textes. Aujourd’hui dans les dépouillements, on rejette beaucoup d’offres mal montées mais cependant, L’Etat pèche dans l’accompagnement et dans l’appui qu’on devrait accorder au secteur privé dans le renforcement des capacités. C’est vraiment idéal pour nous ce genre de chose (formation, Ndlr). La convention de partenariat qu’on est en train de travailler pourra régler la prochaine étape, rien que le thème de ce séminaire pose déjà tous les problèmes liés à l’environnement des marchés publics.

 Sur le plan de la production des textes, on a beaucoup fait. On a élaboré un code avec ses textes d’application qui offre toutes les opportunités aux PME, mais toujours est-il, ça n’a pas suivi de vulgarisation, de séminaires et d’ateliers de renforcement de capacités de ce genre, qui peuvent permettre au secteur privé de comprendre quelles sont les dispositions à prendre pour avoir de très bonnes offres pour aller vers des offres qui respectent la qualité et le coût, ensuite au-delà de ce simple renforcement de capacité, il y a aussi une autre démarche qui consiste à outiller pour le permettre de relever le grand défi lié à la problématique du financement des marchés publics.

 Aujourd’hui tous les pays de l’OHADA ont connu les projets d’appui aux petites et moyennes entreprises qui ont créé de la valeur ajoutée au secteur privé de comprendre de s’organiser en mutuelle et des fonds communs devant les accompagner dans l’élaboration des garanties précontrats pour ce qui concerne la capacitation contractuelle dans l’exécution des marchés. Notre pays n’a pas connu ça. Aujourd’hui l’ARMP se doit d’ouvrir les yeux pour le secteur privé pour toutes ces opportunités qui vont cadrer avec le droit de préférence et de tout ce qui existe comme opportunités… ».

Par Cellule Com’ ARMP

INFO - Le jeudi 9 juin 2022, il a été tenu une réunion de travail entre Monsieur Jean Philipe Nadal, travaillant couramment sur des projets spécifiques financés par l’Agence française de développement (AFD) et les Directeurs Techniques de l'Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), à savoir Monsieur Djouldé Sow de la Formation et des Appuis techniques, Monsieur Bakary Diakité de la Réglementation et des Affaires juridiques et Monsieur Paul Bomboh des Statistiques et de la documentation, autour des possibilités de collaborations dans le cadre de la redynamisation des activités de l’ARMP.

Le spécialiste des marchés publics et PPP à travers le ‘’Programme FORCE’’, se dit être disponible pour contribuer positivement à l’amélioration de la gouvernance de la commande publique aux côtés de l’ARMP. Puisque, ajoute-t-il : « Nous avons une dizaine de pays dans notre périmètre, et nous sommes bien conscients qu’en Afrique de l’Ouest, tout particulièrement, les autorités de régulations sont les autorités centrales qui sont en charge de la régulation, qui lorsque celles-ci sont fortes, peuvent contribuer de manière significative à l’amélioration de la gouvernance. Donc en venant proposer notre appui et discuter avec l’ARMP de notre intervention, à contribuer à la réforme de la commande publique et l’amélioration de la sélection et de la mise en œuvre du projet. »

Il convient de rappeler que le ‘’programme FORCE’’ est financé par l’AFD, dont la mise en œuvre est assurée par Expertise France.

                                                                                         

                                                                                     Par Cellule Com’ ARMP

INFO - Dame Diouf Ndiongue, Responsable de la Passation des Marchés au Bureau Régional de la Banque Islamique de Développement (BID) au Sénégal, a rendu une visite de courtoisie au siège de l'Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) de la République de Guinée, le vendredi 24 mai 2022, notamment dans un cadre formel.

L’agent de la BID a été reçu par le Directeur Général de l’ARMP, Lamine Minos Camara, entouré de ses collaborateurs. La dynamique enclenchée depuis le changement de leadership à l’ARMP entend tirer de l’ornière l’institution de régulation pour lui permettre à jouer pleinement son rôle. L’ARMP accueille favorablement cette opportunité afin d’obtenir des financements pour soutenir ses actions.

Dame Diouf Ndiongue du bureau régional de la BID a souligné la disponibilité de son institution à apporter son concours pour accompagner l’ARMP Guinée dans la mise en œuvre de son plan d’action de réforme en matière de formation continue et d’élaboration de la politique nationale de la commande publique.

Cette visite de l’agent de la BID Sénégal a été également l'occasion pour la Direction Générale de l'ARMP de s'informer sur les différentes voies de recours découlant de la passation des marchés sur financement extérieur.

Il convient de rappeler que le Groupe BID fournit des solutions financières flexibles pour financer le développement économique et social par le biais de prêts et de dons aux organisations publiques et privées des pays membres.

Par la Cellule de Com’ ARMP

Conakry, le 26 mai 2022

INFO - Nommés le 9 mai 2022 par le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, les membres du Conseil de Régulation de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), ont été officiellement installés ce vendredi 20 mai 2022, au siège de l’ARMP, et sous l’égide de son Directeur Général, Monsieur Lamine Minos Camara, entouré de ses collaborateurs.

Le Conseil de Régulation est un organe tripartite de neuf (9) membres représentant, sur une base paritaire : l'Administration publique, le Secteur privé et la Société civile. Ses membres sont choisis parmi les personnalités ou cadres réputés pour leur compétence professionnelle établies dans les domaines juridique, technique, économique et financier et pour leur bonne moralité.

La cérémonie d'installation a débuté à 10h30 par la présentation des membres du Conseil de Régulation de l'ARMP. Le Directeur général, M. Lamine Minos Camara a pris la parole pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux membres du CR, et a procédé à la déclinaison de l'ordre du jour suivant :

  • Présentation de l'ARMP, Missions et attributions ;
  • Organigramme et la Grille salariale ;
  • Election du Président/Présidente du Conseil de Régulation ;
  • Election du Vice-Président/Présidente du Conseil de régulation.

Dans son discours de circonstance, Monsieur le Directeur Général, Monsieur Lamine Minos Camara, a fait montre de sa satisfaction en accueillant les membres du CR en ce jour. Et il dira que ce n'est pas étonnant qu’il entend partout les gens se plaindre de l'absence de l'ARMP sur la scène. Pour lui, ses lamentations au sujet de cette absence sont tellement passées dans nos habitudes de langage, qu'il est impossible d'aller dans n'importe quel milieu sans entendre bourdonner comme un refrain inévitable cette absence, a-t-il dit.

Et de poursuivre : « Les soumissionnaires frustrés à l'occasion des appels d'offres, courent dans tous les sens en interpellant l'ARMP. Les opérateurs économiques saisissent tous les prétextes pour majorer les prix des offres. Le pourcentage des statistiques des marchés de gré à gré représente des proportions inquiétantes dans les rapports des marchés publics. Le remède à cette déficience est pourtant à la portée de notre institution.

Votre mise en place et votre action permettront à l'ARMP d'assurer la régulation correcte du système. Nous sommes donc les gardiens de l'esprit du code des marchés publics et de son strict respect, et nous devons en être conscients à cet effet. Il s'agira de le traduire dans toutes nos actions pour que les résultats que nous devons produire soit tangibles et immédiats. Il est probable que presque toutes les sensibilités socio-Professionnelles sont présentes dans ce conseil : chacune à son opinion des marchés publics, qui est aussi respectable que celle du voisin, mais il est un point sur lequel nous devons tous être d'accord pour convenir ensemble que la Régulation du système de la commande publique est un facteur important pour réussir la refondation de l'Etat. C'est par la moralisation de la vie publique, les sanctions et l'application exécutoire qui en découle qui peut les donner force contraignante et les rendre définitives. Le CNRD a parfaitement compris tous les avantages qui doivent résulter de la bonne gouvernance des marchés publics, raison pour laquelle la désignation et la mise en place de ce Conseil a été une priorité. »

Cette présente cérémonie d’installation s’est terminée par l’élection à bulletin secret du président et du vice-président du Conseil de Régulation, en l’occurrence Monsieur Mouctar Dicko, un homme du sérail, qui possède une longue expérience de gestion en Finances Publiques, huit ans en qualité de Directeur National des Impôts, longtemps Conseiller principal du MEF, et effectivement Secrétaire général du Ministère de la Pêche et celui des Finances, fiscaliste chevronné, il pourra certainement relever le défi qui l’attend, pour trancher avec justesse les recours qui lui seront soumis.

Et le vice-président s’appelle Monsieur Lancinet Keita, chef de cabinet du Ministère de la justice et des droits de l’Homme, qui assurera certainement cette vice-présidence avec habileté.

Il convient de rappeler que les nouveaux membres du Conseil de Régulation ont assuré la Direction Générale de l'ARMP de leur engagement à travailler rapidement dans le respect de l'esprit de refondation de l'Etat prôné par le Colonel Mamadi Doumbouya.

Par la Cellule de Com’ ARMP

Conakry, 20 mai 2022

Page 1 sur 5